Programmes du séminaire de Narratologie du CRAL (EHESS/CNRS) dès sa création en 2003 |

Narratologies contemporaines. Personnages, sujets, acteurs, avatars, êtres : qui habite le récit ? (Année universitaire 2011/2012)

Mardi 17 janvier 2012 : John Pier (Université de Tours/CRAL) : « Le personnage narratif et la théorie de l'action »

Resumé :

Personnage-personne ou personnage-être de papier ? La théorie narrative moderne reste indécise sur cette question, proposant des théories mimétiques et des théories non-mimétiques, voire des théories synthétiques, tout en s’appuyant depuis quelques années, par exemple, sur différents modèles empruntés aux sciences cognitives ou à la logique des mondes possibles. Cette intervention part du constat selon lequel le postulat Aristote-Propp, en subordonnant le personnage au déroulement du récit, empêche (comme c’est le cas d’ailleurs chez la plupart des structuralistes) toute théorisation de l’agir humain indépendamment du récit, comme si l’agir humain était indissociable de la narration. Pourtant, la théorie de l’action élaborée par la philosophie analytique permet d’élucider l’agir humain selon des critères qui ne sont pas calqués sur le récit. L’intervention se propose donc de considérer le personnage narratif comme la rencontre asymétrique de deux logiques : celle de la théorie de l’action chez G. H. von Wright et celle d’une conception prototypique du récit fondée sur la conception quinaire de la séquence narrative.

Abstract :

Character as person or character as paper being? Modern narrative theory remains undecided on this question, offering mimetic theories and non-mimetic theories and even synthetic theories, drawing in recent years, for example, on the cognitive sciences and the logic of possible worlds. This paper begins with the observation that the Aristotle-Propp postulate, by subordinating character to the unfolding of the narrative, prevents (as do most structuralist theories) theorising human action independently of narrative, as though human action were inseparable from narration. However, the theory of action developed by analytical philosophy makes it possible to elucidate human action according to criteria that are not modelled on narrative. The paper thus proposes to consider the narrative character as an asymmetrical encounter between two logics: that of the theory of action as developed by von Wright and that of a prototypical conception of narrative based on the quinary conception of narrative sequence.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités du CRAL

Musique en mouvement : sons et nouvelles mobilité

Lire la suite

Écologie de l'écoute et virage numérique

Lire la suite

Musiques en démocratie : acteurs, institutions, pratiques, discours

Lire la suite

flux rss  Actualités du CEHTA

Les psychogéographies d'Opicino

Lire la suite

Un Michel-Ange, des sixtines ? L'histoire de l'art à l'épreuve de la voûte de la chapelle Sixtine

Lire la suite

All the World's Futures. La 56e Biennale de Venise

Lire la suite

CRAL
96 Bd Raspail - 75006 - Paris
Tél  : +33 (0)1 53 63 56 23
Fax : +33 (0)1 53 63 56 21
Contact : cral@ehess.fr

Responsable éditorial du site : Simone Morgagni

Écrire au responsable éditorial du site

dernière modification
27 février 2017 15h58