Accueil

Créé en février 2003 et officiellement reconnu depuis la rentrée universitaire de 2006, le séminaire « Recherches contemporaines en narratologie  » s’est rapidement imposé en France comme l’un des principaux lieux de réflexion transdisciplinaire pour l’étude de la théorie narrative. Né dans un contexte intellectuel de l’effacement relatif du paradigme structuraliste développé par quelques-uns des chercheurs fondateurs du CRAL (Claude Bremond, Gérard Genette, Louis Marin, Christian Metz, Tzvetan Todorov) et du renouveau de la discipline depuis les années 90 au niveau international, notamment en Allemagne, dans les pays nordiques, aux États-Unis et au Canada ou en Israël, le séminaire s’oriente désormais vers l’exploration du récit sous toutes ses formes. Lire la suite.


Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » : année universitaire 2020-2021/Storytelling et narratologie

Organisateurs Annick Louis (Université de Franche-Comté et CRAL), avec la collaboration de : Philippe Roussin (CNRS, CRAL) et John Pier (Université de Tours et CRAL).

Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er, 3e et 5e mardi du mois, de 15h à 17h

Salle Lombard – rez-de-chaussée
96, boulevard Raspail – 75006 Paris

Les séances seront enregistrées et mises en ligne une semaine plus tard

Storytelling et narratologie

La fin des grands récits a été suivie du tournant narratif et, plus récemment, de la plateformisation de la communication. Face à ces évolutions, le récit, pratique universelle et multiforme, s’est transformé, dans certaines de ses manifestations, en storytelling, né et répandu d’abord au sein des mondes de l’entreprise, de la politique et du journalisme, avant de se généraliser dans la vie sociale. Il constitue aujourd’hui une grande part des usages sociaux du récit. Discours qui formate l’esprit afin d’orienter les comportements, le storytelling cherche moins à représenter l’expérience humaine, à lui donner sens, qu’à convaincre son destinataire, à « tracer » son expérience. Il conduit à reconcevoir le récit et à faire dépendre son analyse de la rhétorique plus que de la poétique.

Durant cette période et encore aujourd’hui, la narratologie a évolué en suivant des voies multiples. Certains de ses courants, qui mettent particulièrement en avant les modalités de l’identification, de l’empathie, ou de l’immersion, entrent en résonance avec le storytelling boom.

Quel rôle peut aujourd’hui jouer la narratologie pour mieux appréhender le phénomène global du storytelling ?

——————

The end of master narratives was followed by the narrative turn and, more recently, the platformization of communication. Faced with these developments, narrative, a universal and multifarious practice, was transformed, in some of its manifestations, into storytelling, a discourse originating in the worlds of commerce, politics and journalism, before spreading to social life generally. The social uses of narrative today have been largely infused with storytelling. A discourse aimed at formatting the mind so as to orient behavior, storytelling seeks less to represent human experience and give it meaning than it does to convince its addressee and trace out his experience. This has led to re-conceptualizing narrative and referring its analysis more to rhetoric than to poetics.

During this time and still today, narratology has evolved along many lines. Some of its currents, by accentuating the modalities of identification, empathy and immersion, resonate with the storytelling boom.

What role can narratology play today in order to gain a better understanding of the global phenomenon of storytelling?

——————-

Mardi 3 novembre 2020

John Pier (Université de Tours et CRAL) – « Storytelling et narratologie : perspectives et enjeux »

 ➡ PODCAST : ÉCOUTER LA SÉANCE

Mardi 17 novembre 2020

Franck Plasse (Université Paris Est Créteil) – « Dans la peau d’un storyteller »

Mardi 15 décembre 2020

Maria Mäkelä (Université de Tampere) – « Dangers of Narrative: How the Contemporary Story Economy is Changing the Ethics and Rhetoric of Storytelling »

Mardi 19 janvier 2021

Danielle Perrot-Corpet (Sorbonne Université) – « Storytelling et (contre-)récit de soi au prisme des questions de genre (gender) »

Mardi 2 février 2021

Karin Kukkonen (Université d’Oslo)- « Nonlinear Narrative Structures in C21 Fiction : Despentes, Smith and Mantel »

Mardi 2 mars 2021

Wolfgang Asholt (Unviersité Humboldt, Berlin) – « Storytelling ou Postdramatisme : les performances (dramatiques) de Christoph Schlingensief »

 VOIR LA CAPTATION VIDÉO DE LA SÉANCE

Mardi 16 mars 2021

Jean-Marie Schaeffer (EHESS/CNRS) – « De quelques fonctions de la narration ».

 VOIR LA CAPTATION VIDÉO DE LA SÉANCE

Mardi 30 mars 2021

Klaus Speidel (Université de Vienne) – « Storytelling et narratogénie: De Pline l’Ancien à l’art contemporain »

 Mardi 6 avril 2021

Marc Marti (Université Côte d’Azur) – « Storytelling : la narratologie comme science sociale »

Mardi 4 mai 2021

Valérie Bonnet (Université Paul Sabatier – Toulouse 3) – « Esquisse d’une auto-analyse. Quelle place pour le storytelling en SIC (Sciences d’information et de la communication) »

Mardi 18 mai 2021

Ivanne Rialland (UVSQ – Université Paris-Saclay) – « Persuasion, identification et connivence. Recyclages de l’exemplum dans le storytelling publicitaire et politique contemporain »


ACTUALITÉS/OCTOBRE 2019

Colloque international – Poétique, esthétique et écriture : autour de l’œuvre de Gérard Genette – EHESS – PARIS – 24/25 OCTOBRE 2019

24 et 25 octobre 2019 – EHESS – Amphithéâtre Furet – 105 boulevard Raspail – 75006 Paris

Un colloque organisé par l’IRIS « Création, cognition, société » (PSL) et le CRAL (EHESS-CNRS) Coordinateurs : John Pier et Jean-Marie Schaeffer

Voir le programme détaillé

L’ambition de ce colloque est de commémorer l’œuvre unique de Gérard Genette qui s’étend sur plus de cinq décennies. Poéticien et initiateur de plusieurs courants d’une pensée littéraire innovante qui s’est déployée dans le monde entier, Genette a d’abord revisité la rhétorique classique pour la mettre au cœur du structuralisme littéraire dans les années 60 et 70. Son Figures III inaugure une méthode d’analyse du récit devenue incontournable et dont l’actualité ne se dément pas. Il a publié ensuite une série d’études pionnières explorant le langage poétique, la classification des genres, la paratextualité, la transtextualité, les littérarités constitutive et conditionnelle. Sa réflexion s’élargit encore dans les années 90 avec le passage de la poétique à l’esthétique, marqué par deux contributions majeures. Le dernier volet de l’œuvre de Genette réunit, dans cinq ouvrages de caractère autobiographique, pleins d’humour et d’ironie, un répertoire de souvenirs, d’épiphanies, de rêveries, de boutades et de digressions « composant un puzzle à ne pas recomposer ».

Les intervenants proposent au public un éclairage de l’œuvre de Genette en retraçant les multiples chemins de réflexion  et d’écriture d’un des hommes de lettres les plus marquants de ces dernières cinquante années.