Accueil

Créé en février 2003 et officiellement reconnu depuis la rentrée universitaire de 2006, le séminaire « Recherches contemporaines en narratologie  » s’est rapidement imposé en France comme l’un des principaux lieux de réflexion transdisciplinaire pour l’étude de la théorie narrative. Né dans le contexte intellectuel du renouveau de la discipline dans les années 90 au niveau international, notamment en Allemagne, dans les pays nordiques, aux États-Unis et au Canada ou en Israël, le séminaire s’oriente désormais vers l’exploration du récit sous toutes ses formes.. Lire la suite.


JOURNÉE D’ÉTUDE POUR LES 20 ANS DU SÉMINAIRE « RECHERCHES CONTEMPORAINES EN NARRATOLOGIE  » :

Cette jounée d’étude intitulée Vingt ans de narratologie au CRAL: rétrospectives, narratologies à venir, organisée par John Pier et Philippe Roussin dans le cadre du séminaire Narratologies contemporaines : CRAL-EHESS/CNRS / ENS Paris / UPJV / Sorbonne Université, aura lieu le 6 février 2024. Elle se déroulera en format Hybride : Présentiel (sur inscription par mail) ou visio conference (lien sur demande), en écrivant à : j.pier@wanadoo.fr et roussin@ehess.fr


Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » : année universitaire 2023-2024 –

Acceptabilité des récits

Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS), Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » 2023-2024
Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er, 3e et 5e mardi du mois, de 16h à 18h
École Normale Supérieure, 29, rue d’Ulm – 75005 Paris – Salle U205
Le séminaire se déroulera en mode hybride (présentiel + distanciel)
Co-responsables du séminaire: Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS), Thomas Conrad (ENS, Paris), Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF),
Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), John Pier (Université de Tours et CRAL), Philippe Roussin (CRAL/CNRS)
Site du séminaire:: http://narratologie.ehess.fr/presentation/

Acceptabilité des récits
Des critères d’acceptabilité pèsent sur la plupart des récits, qu’ils soient fictionnels ou
documentaires. Ceux-ci peuvent se manifester dans des institutions laïques ou
religieuses, tout comme elles peuvent s’intérioriser dans des pratiques d’autocensure
ou des dispositifs d’autorégulation industrielle (le Code de Production
hollywoodien, par exemple). Les querelles d’acceptabilité peuvent demeurer
cantonnées dans la sphère privée du contrôle parental ou faire irruption dans
l’espace public, via les revendications récurrentes de groupes de pression, ou de
manière plus sporadique à l’initiative d’une personnalité influente ou d’un collectif
de mécontents, sans oublier la censure politique et les représentations narratives
dissidentes vouées à contester l’acceptabilité imposée. D’autre part, ces critères
peuvent évoluer avec le temps à l’occasion de réécritures postérieures ou
d’adaptations transmédiales, par exemple. Que les querelles reflètent des idées
conservatrices ou progressistes, elles ont en commun l’ambition d’influencer la
réception des récits par la stratégie narrative, la modification du contenu, le choix de
canaux de diffusion et de promotion ou par des dispositifs de sélection de ses
publics.
Dans ce séminaire, l’acceptabilité sera traitée prioritairement comme une question
narratologique : les choix dans les différents média concernant la représentation des
personnages, les voix narratives, les points de vue, la fiabilité (ou non) du narrateur,
les séquences, les enjeux liés à l’exposition ou à la résolution d’une intrigue ainsi que
la fictionnalité et les normes de vraisemblance/bienséance. Les choix liés au scénario
peuvent être le point de départ d’une querelle et/ou sa clé de résolution. On se
penchera aussi sur les techniques d’écriture orientées vers l’acceptabilité, mais aussi
sa contestation.
La variabilité historique et culturelle des critères d’acceptabilité permettra d’aborder
différentes époques, différentes traditions artistiques et politiques et différents
médias au fil des séances. Une querelle d’acceptabilité n’est jamais jouée d’avance.
Elle pose la triple question des protagonistes qu’elle mobilise, des publics au nom
desquels ils s’expriment, et de leur rapport aux récits incriminés. Sur le banc des
accusés, on trouvera des oeuvres singulières, des genres entiers, voire le Récit luimême,
maintes fois dénoncé comme forme d’expression inacceptable au cours de
notre histoire.

Programme
Mardi 3 octobre 2023
NB : cette séance se déroulera en Salle Assa Djebar, rez-de-chaussée
Olivier CAÏRA (IUT Evry et EHESS)
« Présentation collective du séminaire et de l’équipe. Narratologie et querelles d’acceptabilité »

Mardi 17 octobre 2023
NB : cette séance se déroulera en Salle Assa Djebar, rez-de-chaussée
Olivier CAÏRA (IUT Evry et EHESS)
« Acceptabilité des récits : une approche comparative cinéma/bande dessinée/jeu »

Mardi 7 novembre 2023
Salle U205
Luc HERMAN (Universiteit Antwerpen)
« ‘A Little Less Doctrinaire Liberal’: The Reduction of a Black Character in Thomas Pynchon’s V. (1963) »

Mardi 21 novembre 2023
Salle U205
Sabine CHALVON-DEMERSAY (CNRS et EHESS)
« Ce qu’il est possible de dire. Zelinsky et la série Serviteur du Peuple »

Mardi 5 décembre 2023
Salle U205
Jennifer TAMAS (Rutgers University)
« La Belle et la bête : entre réécritures et censures »

Mardi 19 décembre 2023
Salle U205
Christine BARON (Université de Poitiers)
« Récits et normes judiciaires »

Mardi 16 janvier 2024
Salle U205
Raphaël BARONI (Université de Lausanne)
Liesbeth KORTHALS ALTES (Université de Groningen)
« Polyphonies et acceptabilité de la fiction. À propos de Houellebecq, et cie

Mardi 6 février 2024
Journée consacrée aux 20 ans du séminaire

Mardi 5 mars 2024
Salle U205
Sylvie PATRON (Université Paris Cité)
« La small stories research et la question de l’acceptabilité »

Mardi 19 mars 2024
Salle U205
Maria MÄKELÄ (Tampere University)
« Acceptability and Narrative Context Collapse: Cross-reading Fiction and Politics »

Mardi 2 avril 2024
Salle U205
Anaïs GOUDMAND (Sorbonne Université)
« Plateformes de vidéo à la demande et stratégies d’acceptabilité »

Mardi 30 avril 2024
Salle U205
Philippe ROUSSIN
(CNRS/CRAL)
« Pourquoi ne pas tout dire ? »


ACTUALITÉS/OCTOBRE 2019

Colloque international – Poétique, esthétique et écriture : autour de l’œuvre de Gérard Genette – EHESS – PARIS – 24/25 OCTOBRE 2019

24 et 25 octobre 2019 – EHESS – Amphithéâtre Furet – 105 boulevard Raspail – 75006 Paris

Un colloque organisé par l’IRIS « Création, cognition, société » (PSL) et le CRAL (EHESS-CNRS) Coordinateurs : John Pier et Jean-Marie Schaeffer

Voir le programme détaillé

L’ambition de ce colloque est de commémorer l’œuvre unique de Gérard Genette qui s’étend sur plus de cinq décennies. Poéticien et initiateur de plusieurs courants d’une pensée littéraire innovante qui s’est déployée dans le monde entier, Genette a d’abord revisité la rhétorique classique pour la mettre au cœur du structuralisme littéraire dans les années 60 et 70. Son Figures III inaugure une méthode d’analyse du récit devenue incontournable et dont l’actualité ne se dément pas. Il a publié ensuite une série d’études pionnières explorant le langage poétique, la classification des genres, la paratextualité, la transtextualité, les littérarités constitutive et conditionnelle. Sa réflexion s’élargit encore dans les années 90 avec le passage de la poétique à l’esthétique, marqué par deux contributions majeures. Le dernier volet de l’œuvre de Genette réunit, dans cinq ouvrages de caractère autobiographique, pleins d’humour et d’ironie, un répertoire de souvenirs, d’épiphanies, de rêveries, de boutades et de digressions « composant un puzzle à ne pas recomposer ».

Les intervenants proposent au public un éclairage de l’œuvre de Genette en retraçant les multiples chemins de réflexion  et d’écriture d’un des hommes de lettres les plus marquants de ces dernières cinquante années.