Colloques et journées d'études

Vecteurs émergents de la narratologie : vers la consolidation ou la diversification ? (29 & 30 mars 2013) - Programme du colloque

Image1Á ses débuts, la narratologie post-classique a permis d’étendre le champ d’enquête de la narratologie classique en se faisant multiple, interdisciplinaire, transgénérique et transmédiale. Plus récemment, il semble que la narratologie est entrée dans une phase de consolidation, mais avec une tendance continue à la diversification. En quoi consiste cette consolidation et de quelle manière la narratologie se diversifie-t-elle ? Les narratologies – au pluriel – évoluent-elles vers une narratologie – au singulier – en passe de devenir une discipline au plein sens du terme ? La diversification implique-t-elle plus de narratologies à double entrée, ou demande-t-elle, et peut-être simultanément, un regard tourné vers les diverses cultures scientifiques qui sous-tendent les programmes de recherche dans le domaine de la théorie narrative, passé et présent, mais aussi non occidental ? Dans la mesure où les théoriciens s’intéressent aux questions de la cognition et du contexte dans les récits, de quelle manière le rôle de la poétique narratologique peut-il repensé ?

Partout présents, les récits ont encouragé les narratologues à étendre leur objet au-delà des seuls corpus littéraires et à emprunter le « tournant narratif », qui concerne des champs aussi divers que la psychologie, la sociologie, l’ethnologie, l’histoire, le droit, le management, les technologies digitales, etc. Mais, quels que soient les universaux communs à l’ensemble des récits, les spécialistes de littérature, les psychothérapeutes, les sociologues, les ethnologues, les historiens, les juristes, les publicistes et les spécialistes de l’intelligence artificielle envisagent les récits depuis des points de vue différents qui peuvent être en désaccord les uns avec les autres. Quelle peut être, dans ces conditions, l’influence sur le récit du concept de genre, non pas au sens littéraire traditionnel du terme, mais au sens des genres de discours (Bakhtine), ces « formes relativement fixées » qui passent les ponts entre les unités de langage ou les systèmes signifiants et le discours dans ses manifestations les plus profuses ? Se pose également la question du récit dans ses formes non-verbales – les arts plastiques et la musique ainsi que dans ses formes pluri-médiales.

D’autres questions surgissent encore. Si comme Barthes l’avait souligné il y a près d’un demi-siècle, le récit est un phénomène anthropologique universel, dans quelle mesure est-il constitutif de la culture ? Peut-on poursuivre une enquête du même ordre à propos de l’homo narrans, l’animal conteur d’histoires ?

Plus d’informations dans le programme joint :

Document en téléchargement

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités du CRAL

Musique en mouvement : sons et nouvelles mobilité

Lire la suite

Écologie de l'écoute et virage numérique

Lire la suite

Musiques en démocratie : acteurs, institutions, pratiques, discours

Lire la suite

flux rss  Actualités du CEHTA

Les psychogéographies d'Opicino

Lire la suite

Un Michel-Ange, des sixtines ? L'histoire de l'art à l'épreuve de la voûte de la chapelle Sixtine

Lire la suite

All the World's Futures. La 56e Biennale de Venise

Lire la suite

CRAL
96 Bd Raspail - 75006 - Paris
Tél  : +33 (0)1 53 63 56 23
Fax : +33 (0)1 53 63 56 21
Contact : cral@ehess.fr

Responsable éditorial du site : Simone Morgagni

Écrire au responsable éditorial du site

dernière modification
29 janvier 2017 17h39