Programmes du séminaire de Narratologie du CRAL (EHESS/CNRS) dès sa création en 2003 |

Narratologies contemporaines. Nouvelles formes et nouvelles fonctions sociales du récit. II : Année universitaire 2010/2011

Mardi 7 décembre 2010 : Jacqueline Carroy (EHESS): « Les récits des rêves savants » & Sabina Loriga (EHESS) : « Figures individuelles : du héros à l’atome »

Jacqueline Carroy Résumé :

A partir de récits de rêves savants – gardons à ce titre toute son ambiguïté – je me suis interrogée sur une science des rêves qui a multiplié au xixe siècle les exemples oniriques, souvent ordinaires, parfois frappants, presque jamais merveilleux, seulement mystérieux. Cette onirologie a expliqué la production des visions nocturnes par des chaînes d’associations souvent déréglées, par des sensations externes ou internes, parfois érotiques, transformées, ou encore par la résurgence d’un passé oublié. Je me suis intéressée à la manière dont les récits de ce corpus, la plupart du temps publiés, sont repris, de sorte que, de texte savant en texte savant, s’instaure une intertextualité entre le rêvé et le re-rêvé. J’ai mis l’accent sur des songes très célèbres, comme celui de Maury Guillotiné qui ont donné lieu après coup à des révisions et à des questions : comment rendre compte des rêves sans mener des narrations restaurées qui reconstruisent et lissent le flou et le décousu des tableaux nocturnes ? A la fin du xixe siècle, apparaît un nouveau type de récit, plus critique, énoncé parfois en style télégraphique, ou encore rêvé sur le modèle psychanalytique d’un désir réalisé. Sous couvert d’illustrer une psychologie, les exemples allégués peuvent enfin prendre valeur de fable philosophique ou politique, comme, notamment, dans la dernière séquence de l’exemplier, datant de 1941, qui clôt, à ma connaissance, une histoire des professeurs au Collège de France ayant publié leurs rêves, et, sans doute, plus généralement, toute une histoire...

Abstract :

Based on narratives of learned dreams – and let us assume all the ambiguity this implies – I have studied a science of dreams that, that during the 19th century, produced dreamlike examples, often ordinary, sometimes striking, almost never marvelous, only mysterious. This study of dreams explains the production of nocturnal visions by chains of association, often disturbed by external or internal sensations that were sometimes erotic, transformed, or by the resurgence of a forgotten past. I became interested in how the narratives of this corpus, usually published, are taken over so that, from one learned text to another, an intertextual relation is set up between the dreamed and the re-dreamed. I concentrated on very well-known dreams such as the one by Maury Guillotiné that later gave rise to revisions and questions: how to account for dreams without telling restored stories that reconstruct and smooth over the blur and disjointedness of nocturnal tableaux? At the end of the 19th century there appeared a new type of narrative that was more critical, sometimes expressed in telegraphic style, or dreamed following the psychoanalytical model of a realized desire. Under cover of illustrating a psychology, the alleged examples can in the end take on an air of philosophical or political fable such as, for example, in the last sequence of the handout, dating from 1941, which, to my knowledge, closes a history of professors at the Collège de France who published their dreams and, no doubt more generally, a whole story…

Sabina Loriga

Résumé :

Au cours du xxe siècle, le contraste entre l’individuel et le social s’est souvent figé, comme momifié, en deux non-vérités opposées : un choix devait se faire en faveur soit de l’individu, soit du collectif. Pourtant, les tenants de la dimension individuelle de l’histoire ne se sont pas toujours laissé fourvoyer par l’opposition entre l’individuel et le social. A l’occasion de cette intervention, on abordera les différentes figures biographiques élaborées par l’historiographie au cours du xixe siècle : le héros de T. Carlyle, le je qui aspire au tu de W. von Humboldt, la personne éthique de J. G. Droysen, l’homme pathologique de J. Burckhardt, et l’homme-particule de H. Taine.

Abstract :

During the 20th century, the contrast between the individual and the social was often cast, as though mummified, in the form of two opposed non-truths: a choice was to be made in favor either of the individual or of the collective. However, the adherents of the individual in history have not always been led astray by the opposition between the individual and the social. This talk will take up the various biographical figures worked out by historiographers during the 19th century: Carlyle’s hero; von Humboldt’s “I who aspire to be you”; Droysen’s “ethical person”; Burckhardt’s pathological man; Taine’s particle man.

L’enregistrement de cette séance sera bientôt disponible

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités du CRAL

Musique en mouvement : sons et nouvelles mobilité

Lire la suite

Écologie de l'écoute et virage numérique

Lire la suite

Musiques en démocratie : acteurs, institutions, pratiques, discours

Lire la suite

flux rss  Actualités du CEHTA

Les psychogéographies d'Opicino

Lire la suite

Un Michel-Ange, des sixtines ? L'histoire de l'art à l'épreuve de la voûte de la chapelle Sixtine

Lire la suite

All the World's Futures. La 56e Biennale de Venise

Lire la suite

CRAL
96 Bd Raspail - 75006 - Paris
Tél  : +33 (0)1 53 63 56 23
Fax : +33 (0)1 53 63 56 21
Contact : cral@ehess.fr

Responsable éditorial du site : Simone Morgagni

Écrire au responsable éditorial du site

dernière modification
27 février 2017 15h58